Actualités

Contenu

FÊTE MUSULMANE DU SACRIFICE 2018 - AÏD EL-KÉBIR OU AÏD AL-ADHA

 

Les dispositions législatives et réglementaires en matière de sécurité sanitaire

 

La fête religieuse musulmane de l’Aïd al-Adha aura lieu autour du 20 août 2018 (la date sera précisée ultérieurement).

Cette fête doit se dérouler dans le respect des réglementations sanitaire, environnementale, commerciale en vigueur ainsi que dans le respect des règlementations relatives à la protection animale. Dans le département de la Loire, 3100 moutons et 380 bovins ont été abattus, en 2017, dans les abattoirs agréés et le site temporaire autorisé du département.

Il est rappelé que l’abattage de moutons par des particuliers est strictement interdit, c’est-à-dire en dehors des abattoirs autorisés. De même, la vente de moutons à des particuliers est interdite du 1er
août 2018 au 31 août 2018 inclus, en application de l’arrêté préfectoral du 7 mai 2018.

Pour le bon déroulement de la fête, il est rappelé :

Pour les particuliers :

Pour les particuliers désirant effectuer une commande, il convient de le faire dans le cadre d’une filière régulière et notamment, dans le département de la Loire :

• de faire appel aux bouchers spécialisés en viande hallal du département ;

• de commander son animal dans une filière autorisée (super et hypermarché, site internet de la grande mosquée de Lyon….) ou de contacter notamment les établissements ou associations de la Loire suivants :

Il convient de prendre directement et au plus tôt contact avec ces établissements pour toute réservation.

Pour les éleveurs

Les éleveurs qui souhaitent vendre des moutons à des particuliers pour la fête de l’Aïd devront préalablement se rapprocher des abatteurs pour disposer d’un créneau horaire en fonction du nombre de moutons à abattre ; ils auront la responsabilité d’acheminer ou de faire acheminer les moutons à l’abattoir, où la carcasse sera à retirer par le client à l’heure convenue avec le responsable de l’abattoir. L’abattage peut s’échelonner sur deux ou trois jours.

Par ailleurs, des prestations d’abattage rituel d’ovins pour l’Aïd sont proposées dans des abattoirs des départements voisins : abattoirs du Puy-en-Velay (43), de Corbas (69) et d’Autun (71).

Particuliers ou éleveurs, le respect de la règlementation sera, cette année encore, une priorité des services de l’État qui relèveront tout constat de manquement.

A ce titre, il est rappelé, aux particuliers comme aux éleveurs, que :

- le transport d’animaux vivants dans des conditions ne satisfaisant pas à leur bien être est une infraction punie d’une amende de 750 €,

- le recours à l’abattage hors abattoir est illicite et est un délit réprimé par une peine de 6 mois d’emprisonnement et 15 000 € d’amende. De plus, il fait encourir des risques sanitaires aux consommateurs, puisque la viande et les abats consommés ne seront pas issus de carcasses d‘animaux inspectés par les services vétérinaires de la direction départementale de la protection des populations (DDPP). Enfin, il présente des risques au regard de la santé animale et de la protection de l’environnement.

L’importation illégale de viande pour la consommation personnelle, de peaux ou de trophées est interdite. En effet, ces derniers risquent de véhiculer le virus de la fièvre aphteuse dont certains pays ne sont pas indemnes, ce qui pourrait ensuite propager la maladie aux cheptels ligériens et provoquer des pertes économiques très importantes.

L’importation illégale de produits ou sous-produits d’origine animale est punie de deux ans d’emprisonnement et 300 000 € d’amende (article L.237-3 du code rural). Ces produits pourront être saisis et détruits lors des contrôles (article L.236-9 du code rural).


 
 

Documents associés :