Actualités

Contenu

Pièces détachées automobiles, on passe au vert !

 

Depuis le 1er janvier 2017, les consommateurs doivent être informés de l’existence de pièces de rechange issues de l’économie circulaire lors de la réparation ou de l’entretien de leur véhicule (voiture particulière, camionnette) et peuvent opter pour l’utilisation de ces pièces à la place de pièces neuves. Une manière de concilier transition énergétique et pouvoir d’achat.

 

Pièces auto issues de l’économie circulaire : une alternative aux pièces neuves



Qu’est-ce que c’est ?

Une pièce issue de l’économie circulaire provient d’un centre de véhicules hors d’usage (VHU) agréé par l’État ou est remise en état selon les spécifications du fabricant sous l’appellation échange standard.

Pourquoi y recourir ?

  • Faire un geste en faveur de l’environnement
  • Avoir des pièces conformes à la sécurité
  • Gagner en pouvoir d’achat

Quelles pièces ?

  • Pièces de carrosserie amovibles
  • Pièces de garnissage intérieur et de sellerie
  • Vitrages non collés
  • Pièces d’optique
  • Pièces mécaniques ou électroniques, à l’exception de celles faisant partie des trains roulants, des éléments de la direction, des organes de freinage, des éléments de liaison au sol qui sont assemblés, soumis à une usure mécanique et non démontables

Le réparateur peut vous fournir la pièce si elle est disponible dans un délai compatible avec le délai d’immobilisation du véhicule, si elle ne présente pas selon lui de risque important pour l’environnement, la santé ou la sécurité routière et si elle n’est pas remplacée à titre gratuit ou sous garanties contractuelles ou lors d’un rappel (conformément aux dispositions de l’article R. 224-23 du code de la consommation).

Décret n° 2016-703 du 30 mai 2016 relatif à l’utilisation de pièces de rechange automobiles issues de l’économie circulaire.

 

 
 

Documents associés :