Contenu

Analyse du fonctionnement des territoires ligériens : démographie et flux migratoires, économie, trajets domicile-travail (...)

 

Dans le cadre de la « Conférence des SCoTs Ligériens », la Direction départementale des territoires de la Loire et l’Insee Rhône-Alpes ont réalisé en partenariat en 2010 et 2011, trois études sur le fonctionnement économique, les déplacements domicile-travail, et l’accès aux équipements sur les SCoTs du département.
Lire les trois lettres de synthèse dans cet article.

 

Fabienne Buccio, Préfète de la Loire :
"Ces analyses territoriales offrent aux différents acteurs de l’aménagement une base d’échanges et de discussions pour les politiques publiques d’aménagement des territoires. Ces études permettent d’anticiper les évolutions et de préparer les infléchissements nécessaires dans les politiques publiques dans le cadre des SCoTs ligériens".


Philippe Estingoy, Directeur départemental des territoires de la Loire :
"Ces études permettront d’analyser la structuration des territoires par l’emploi et d’apprécier la cohérence de leur fonctionnement ; elles mettent en évidence la spécialisation économique croissante des territoires, la cohérence de fonctionnement dans les déplacements domicile-travail et le niveau d’accès des populations aux différents équipements."

Par le jeu des mouvements migratoires, les territoires urbains du Roannais et de Sud Loire (Saint-Étienne) alimentent depuis de nombreuses années le desserrement de la population. Il s’étend de plus en plus loin sur les territoires périurbains et ruraux du Sornin, de Loire Centre, des Monts du Lyonnais et de Jeune Loire. La Loire n’échappe pas non plus à la métropolisation de l’agglomération lyonnaise qui étend son influence sur l’ensemble du département.
Les territoires ligériens sont ainsi de plus en plus liés entre eux par les migrations résidentielles, mais aussi pour l’accès à l’emploi, celui-ci restant concentré dans les deux pôles urbains de Roanne et deSaint-Étienne.

Après trente ans de forte désindustrialisation, la Loire enregistre sur la dernière décennie une légère augmentation de l’emploi. Les territoires périphériques à Saint-Étienne et à Roanne sont les plus concernés par ce regain économique, au détriment des deux villes-centres qui voient leur poids relatif diminuer dans le département. Le fonctionnement économique ligérien, désormais moins centré sur la fabrication, s’apparente davantage à celui de la région. L’essor des activités de services et l’interconnexion avec l’aire métropolitaine lyonnaise qui s’intensifie sont des facteurs de développement futur pour la Loire.

Les habitants de la Loire travaillent de plus en plus souvent hors de leur commune de résidence. Cette progression est plus intense qu’à l’échelle régionale. Les distances domicile-travail augmentent plus rapidement, passant de 10 km en 1999 à 11,7 km en 2008. Ces déplacements ont lieu majoritairement à l’intérieur des territoires ligériens ou en direction du Grand Lyon, en voiture dans 78 % des cas. Les transports en commun concernent essentiellement les trajets entre villes et ceux à l’intérieur de Saint-Étienne Métropole, où, comparativement au Grand Lyon, ils se sont moins développés sur la période récente.


Les habitants de la Loire bénéficient globalement d’un accès aisé aux équipements, commerces et services. Mais certains d’entre eux sont plus à l’écart de l’offre, notamment dans le territoire du SCoT Loire-Centre. L’offre d’équipements varie avec un temps de retard sur la population. Elle est le reflet des évolutions des territoires, fortement marquées par la périurbanisation. Dans un contexte de forte mobilité résidentielle et de vieillissement de la population, la répartition optimale des équipements est un enjeu important des politiques publiques pour répondre à une demande en constante évolution. Une meilleure proximité entre population et équipements par une densification de l’habitat favoriserait le développement durable.