Communiqués 2022

Contenu

Episode orageux du 17 août 2022 : une mobilisation et une solidarité exemplaires

 

Le nord de l’agglomération stéphanoise a été touché le 17 août après midi par un épisode orageux qui a été marqué par des intensités pluvieuses remarquables (localement 3 semaines de pluie en 30 minutes), par de fortes rafales de vent (100 km/h à 14h42 sur la station de Saint-Etienne et 131 km/h sur celle de Saint-Chamond) et par des chutes de grêles importantes entraînant localement des accumulations au sol dépassant 10 cm.

Les principales communes touchées sont Saint-Etienne, L’Etrat, Saint-Priest-en-Jarez, La Touren-Jarez, Villars, Sorbiers, La Talaudière et la Grand Croix.

Aucune victime n’a été déplorée.

150 sapeurs pompiers mobilisés, au plus fort de l’évènement, ont réalisé au total 343 interventions, essentiellement pour des dégâts matériels (inondations du rez-de-chaussée de bâtiments du CHU nord de Saint-Etienne, d’entreprises et d’habitations, chutes d’arbres, etc).

Les services techniques des collectivités et de l’État ont été déployés rapidement sur les secteurs les plus impactés. La préfecture a réquisitionné en urgence une entreprise pour bâcher un toit de la maison d’arrêt de Saint-Etienne La Talaudière dont le bardage métallique s’était envolé.

11 000 clients d’ENEDIS ont été concernés, au plus fort de l’évènement, par des coupures d’électricité. La situation a été rétablie pour la quasi-totalité des foyers dès le lendemain.

En ce qui concerne les transports, si des voiries et voies ferrées avaient été temporairement fermées (lignes Saint-Etienne / Lyon et Saint-Etienne / Roanne), la situation est revenue à la normale dès le 18 août à 10h00.

Hier après-midi, le secrétaire général s’est rendu sur certains sites et la préfète a réuni, lors d’une audio-conférence, les maires des communes les plus touchées, les parlementaires concernés, les présidents du conseil départemental et de l’association des maires et intercommunalités de la Loire, ainsi que les services de l’État spécialisés pour faire un point de situation, échanger sur les conséquences des intempéries et accompagner les élus dans leurs démarches.

A la suite de ces échanges, sur la base du recensement des besoins des collectivités en matériels pour permettre le retour rapide à une situation normale, les services de l’État sont mobilisés pour coordonner la mise en relation entre les divers partenaires, et ont déjà commencé à instruire les dossiers des communes qui demandent à être reconnues en catastrophe naturelle afin qu’ils puissent être transmis dès lundi pour avis à la commission interministérielle des catastrophes naturelles. A ce jour 10 communes ont déposé officiellement une telle demande.Les communes qui n’ont pas encore entamé la démarche et pensent relever du régime de catastrophe naturelle peuvent se rapprocher de la DDPP pour renseigner le formulaire dédié accessible sur le site Internet de la Préfecture : Accueil > Politiques publiques > Risques naturels, miniers et technologiques > Risques naturels > Procédures de catastrophes naturelles > Procédure de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle

Pour rappel, la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle permet aux sinistrés d’inondations et de coulées de boue d’être indemnisés. En parallèle, les dommages provoqués par la grêle et les vents violent sont couverts par la garantie "tempête, neige et grêle" des contrats d’assurance dommages aux biens. Cette dernière est mise en œuvre directement par les compagnies d’assurance et ne nécessite pas l’adoption d’une décision préalable de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle par les pouvoirs publics.

La préfète de la Loire salue l’esprit solidaire des collectivités et leur forte mobilisation. Elle remercie les sapeurs pompiers du SDIS et les forces de l’ordre pour leur efficacité et leur très forte mobilisation.