Communiqués 2022

Contenu

Nouvelle amélioration de la situation de sécheresse

 

Catherine SEGUIN, préfète de la Loire, prend un nouvel arrêté afin d’adapter les restrictions d’usages de l’eau

 

Le département de la Loire connaît un déficit pluviométrique depuis le début de l’année, qui a conduit le placement du département en vigilance le 24 mai. Les secteurs du Gier et des Monts du Lyonnais ont été placés en alerte le 08 juin. Le 21 juin l’alerte a été étendue à 8 autres zones et les 2 secteurs Monts du Lyonnais et Fleuve Loire Amont ont été placés en alerte renforcée. Le secteur Sud-Loire a été placé en crise le 28 juillet, le reste du département en alerte renforcée à l’exception du Roannais en alerte et du Fleuve Loire Aval en vigilance. Le 01 août puis le 08 août, Fleuve Loire Aval est passé en alerte puis en alerte renforcée en accord avec les décisions du CGRNVES.

Les précipitations depuis la fin du mois d’août, les baisses de températures et de l’évapotranspiration ainsi que la fin de la majeure part des besoins d’irrigation ou d’arrosage ont permis une amélioration progressive sur certaines zones du département constaté par les arrêtés du 12 puis du 23 septembre.
Depuis, la poursuite d’un temps plus frais et humide a eu un effet hétérogène selon les secteurs du département. Ces conditions permettent de constater une nouvelle amélioration de la situation et d’alléger les restrictions temporaires d’usage de l’eau voire de les suspendre sur une partie du territoire, en cohérence avec les consignes de la préfète coordonnatrice de bassin Loire-Bretagne.
À l’inverse, la tension demeure sur d’autres secteurs du département (Fleuve Loire Amont, Monts du Lyonnais et Gier en particulier).

Dans ce contexte, il convient de prendre des mesures afin de préserver les usages prioritaires et la survie des écosystèmes aquatiques.


Compte tenu des mesures réalisées, les évolutions suivantes sont décidées :
  • Les zones Monts du Forez, Monts du Lyonnais, Sud-Loire et Pilat Sud passent en alerte ;
  • Les zones Fleuve Loire amont et Gier restent en alerte ;
  • Les zones Fleuve Loire Aval, Roannais et Rhins-Sornin passent en vigilance et ne sont donc plus soumises à des restrictions d’usage.


Concernant les zones Fleuve Loire Aval, Roannais et Rhins-Sornin en niveau de vigilance, la limitation des usages de l’eau est à la discrétion de chaque usager. Elle vise à ralentir ou réduire autant que possible la dégradation potentielle de la situation hydrologique. Elle doit être l’affaire de tous : tous les usagers sont ainsi invités à limiter leur consommation d’eau dans le cadre d’une gestion responsable de la ressource.

Concernant les zones Fleuve Loire Amont, Monts du Forez, Monts du Lyonnais, Sud-Loire, Pilat Sud et Gier en niveau d’alerte, les mesures de restrictions sont les suivantes :
Pour les particuliers :

  • limitation des horaires d’utilisation de l’eau pour l’arrosage des jardins potagers, massifs fleuris et plantations arborées : interdite de 10 h à 18 h ;
  • interdiction d’utilisation de l’eau pour le lavage des voitures hors des stations professionnelles,
  • interdiction du remplissage des piscines privées et de l’arrosage des pelouses.

Pour les usages économiques de l’eau (par les entreprises) :

  • seuls les prélèvements indispensables dans les process de fabrication industrielle sont autorisés
  • l’irrigation agricole est soumise à des restrictions horaires, qui dépendent des cultures concernées et des matériels utilisés. Ces limitations ne s’appliquent pas aux retenues de stockage ni au canal du Forez.

Le prélèvement dans les cours d’eau (bief, pompage) ou dans les nappes pour le remplissage des plans d’eau est interdit hors pisciculture.

Le détail des mesures de limitation et les communes concernées sont annexés à l’arrêté préfectoral et consultables sur le site Internet des services de l’État (http://www.loire.gouv.fr/) ou en mairie.

L’État appelle chacun à limiter impérativement sa consommation d’eau, afin de préserver la ressource en eau et les milieux aquatiques.

Ces mesures sont susceptibles d’évoluer pour s’adapter à l’évolution de la situation climatique et hydrologique.
Pour s’assurer du bon respect de ces mesures, les services de l’État continueront à réaliser des contrôles.
Pour rappel, un contrevenant aux mesures de restriction encourt une amende de 5ème classe, soit 1500 euros (3000 euros en cas de récidive). Cette amende peut être quintuplée pour une personne morale (entreprise).

NOTA : Les données hydrométriques du réseau de mesures des Services de Prévision des Crues sont consultables sur internet à l’adresse suivante :